Archives de catégorie : Insectes

Rosalie des Alpes

C’est un insecte protégé au niveau National qui est assez rare et présent dans la forêt de la Sainte-Baume en ce moment (Juillet).

Son arbre préféré est le hêtre (dans d’autres régions le frêne ou le saule)

C’est un coléoptère de la famille des cérambycidés (longicornes). Elle mesure entre 15 et 40 millimètres.
La couleur est  bleue cendré, avec des taches noires de formes variables.
Les adultes sont visibles au mois de entre juillet et août et vivent
environ une dizaine de jours. Les femelles attirent les mâles sur des sites favorables à la ponte. Les arbres malades ou moribond, qui viennent d’être coupés.
On les rencontre en général le matin quand la chaleur commence a grimper mais personnellement je la rencontre le soir ou le matin sur les arbres ou tronc au bord des chemins.
Pendant 2 ans la larve va se nourrir du bois mort.
Contrairement à d’autres longicornes, les galeries larvaires pénètrent dans l’épaisseur du bois.
Après plusieurs prospections cette semaine enfin 2 individus dont un assez petit.

Voici quelques photos :

 

 

Pour plus de renseignements l’excellent site d’André Lecquet que je vous conseille grandement :

https://www.insectes-net.fr/rosalia/rosal1.htm

Share Button

Quelques papillons dans le jardin & cigale pygmée

Petit inventaire des papillons du jardin.

Une cigale de quelques mm la cigale pygmée sur une fleur de plantain.

 

Un autre article sur les cigales

Cigales

 

Share Button

Punaises

Larves de punaises et œufs sur une feuille de monnaie du pape.

Incroyable comme ces petites boites sont collées et pré découpées pour aider la sortie des petits.

 

 

Share Button

Dans un coin de forêt

Arrêt pendant 20mn dans un coin de forêt. Il suffit de regarder autour de soi pour rencontrer un autre monde en couleurs !

 

Share Button

Pompile et Lycose

Cette guêpe est spécialisée dans la chasse aux araignées.

Elle va la paralyser en piquant exactement où il faut pour ne pas tuer cette dernière afin de garder de la viande fraiche pour la larve qui va la dévorer lentement.

En général l’araignée ne peut faire qu’une seule chose quand la guêpe la détecte : Fuir !

Celle ci n’a pas pu.

Pour en savoir plus : Henri Fabre

Share Button

Bombylius major

Le grand Bombyle est une mouche parasite d’abeilles sauvages.

En ce moment il y en a beaucoup en forêt. C’est l’occasion de voir des rassemblement d’individus.

Elle se nourrie de nectar avec sa trompe en avant.

La femelle pond un œuf rapidement devant l’entrée du nid que l’abeille creuse.  La larve du Bombyle se nourrie alors du pollen et de la larve de l’abeille.

Share Button

La Zygène de la petite Coronille (Zygaena fausta)

Share Button

Cigales

Avant de sortir la larve de la cigale vie deux ans sous terre.

Ici la Cigale commune (tibicen plebejus)

Le chant dépend entre autre de la température (entre 22 – 25 C°) pour pouvoir fonctionner. Seul le mâle chante.La larve et l’adulte se nourrissent de sève en plantant un rostre dans les racines pour la première. Cette dernière va muet 4 fois pour devenir adulte.

16 espèces habitent le sud de la France  (dont 3 ne vivent qu’en Corse) :

– La grande cigale commune (Lyriste plebejus) une des plus grandes (51mm)
– La cigale rouge (Tibicina hæmatodes)
– La cigale quatre fois signée (Tibicina quadrasignata) Languedoc, Alpes
– La cigale grise ou cacan (Cicada orni) une des plus bruyantes
– La cigale cotonneuse (Tibicina tomentosa) aussi nommée « cigalon »
– La belle cigale aux nervures noires (Tibicina nigronervosa) de la Corse
– La cigale du garric (Tibicina garricola) dans le Vaucluse
– La cigale corse de Rambur (Tibicina corsica)
– La cigale des cistes de Faimaires (Tibicina fairmaire) du Languedoc
– La cigale noire (Cicadatra atra)
– La cigale montagnarde (Cicadetta montana) rare
– La cigalette du Fango (Cicadetta fangoana) de la Corse
– La cigale argentée (Tettigetta argentata) rare
– La cigale de Petry (Cicadetta petryi) rare
– La cigale pygmée (Tettigetta pygmea)

 

Share Button

La garrigue

Quelques espèces que l’on rencontre dans nos gaurrigues

Le grand Fourmilion, une petite araignée sauteuse qui a capturé une mouche, le Bruant ortolan et deux papillons la mégère et le Myrtil assez communs.

 

Share Button

Mes premières photos

J’ai retrouvé des photos prises il y a 17 ans pour les 9 premières.

Share Button

Papillons de nuit

Quelques papillons

 

Le petit pourceau (Deilephila elpenor )

Le sphinx du tilleul (Mimas tiliae)

Le sphinx du chêne (Marumba quercus) (plus de détails : ici )

 

Share Button

Papillons

Voici une série de photos de papillons prises ces derniers jours, le Semi-Apollon  de la  sous-espèce cassiensis, (St Cassien à la Sainte-Baume), qui à des dessins noirs réduits. Ce papillon est en danger. (première photos)

Share Button

Quelques photos du jour

Share Button

sphinx bourdon (Hemaris tityus)

Share Button

Hespérie à bandes jaunes (Pyrgus sidae)

Cette Hespérie porte deux bandes jaunes ou orange sur fond blanc sur les ailes postérieures ce qui la distinguent de tous les autres Pyrgus. On la trouve en France sur le pourtour de la méditerranée (06-83-13-34)

Share Button

Zygènes

La Zygène cendrée (Zygaena rhadamanthus )  et Zygaena loti (Zygaenidae Zygaeninae)

 

Share Button

Le collier de corail (Aricia agestis)

Ce papillon très répendu en France . Ici une jolie femelle reconnaissable a la bande orangée qui arrive au bord de l’aile antérieure.

Share Button

Libellule déprimée

Elle fréquente souvent les petites mare.

Ainsi elle est souvent la première à coloniser les pièces d’eau nouvellement installées dans les jardins.

Elle doit son nom à son abdomen plat et large.

La série de photos vous montre la sortie de la larve et la sortie de l’exuvie d’ne femelle. Le mâle est bleu.

Share Button

Anthaxia salicis

Découverte dans le jardin de ce beau Bupestre

Share Button

L’empuse ou le diablotin (Empusa pennata)

Cette espèce de mante se trouve sur le  pourtour de la Méditerranée dans les endroits secs et ensoleillés. Ci dessous des photos de la larve d’empuse nommée Diablotin. Elle porte ben son nom !  Cet individu (mâle) de couleur marron atypique montre bien le mimétisme avec une branche. La jeune mante passe l’hivers à l’abri et sort aux premières chaleurs de printemps. L’empuse attend patiemment plusieurs heures avant de capturer sa proie (surtout des mouches) . Elle se rencontre dans les garrigues  aux mois d’Avril / Mai. Les adultes aux mois de juillet / Août . Pour la voir, seul un dérangement hasardeux la fera bouger.

Share Button