Archives pour la catégorie Reptiles & Amphibiens

Grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus)

La grenouille rieuse est une des plus grandes grenouilles d’Europe.

Cette espèce invasive a colonisé l’ouest de l’Europe depuis les années 1970. Elle a cependant subit des perturbations du à la destruction de son habitat qui est essentiellement le milieu aquatique.

On la différencie de la grenouille verte qui  est comme elle une espèce hybride entre la grenouille rieuse et la grenouille de Lessona (petite grenouille verte) par des sacs vocaux gris plus sombres que la grenouille vertes qui sont plus blanc.

La grenouille rieuse et grenouille verte ne devraient pas pouvoir se reproduire mais la nature en a décidé autrement. Cette hybride peut engendrer d’autres grenouilles rieuses ou vertes ce qui engendre une pollutions génétique.

La couleuvre d’Esculape (Zamenis longissimus)

De retour d’un repérage au Blaireau (le vrai 😉 )  je regarde le pot (du blaireau visible sur la première photo a gauche et la troisième a droite ) et réalise que je viens de marcher au dessus d’un serpent !

 

La couleuvre d’Esculape se nourrit de petits mammifères (mulots, campagnols)  d’insectes ou de lézard qu’elle étouffe (constriction )..

Elle est non venimeuse et émet une odeur nauséabonde en vidant ses glandes cloacales (je confirme   😀  )

Elle grimpe très bien dans les arbres et peux manger de petits oiseaux ou d’œufs.

Son nom Zamenis longissimus la represente bien. En effet c’est un long serpent assez fin.

Histoire  (wikipedia) 

Asclépios, le Dieu-médecin des Grecs anciens, devenu Esculape à Rome, portait dans sa main droite un bâton entouré d’un serpent ; on pense de nos jours qu’il s’agissait de cette grande couleuvre à la brillante livrée. C’est aussi elle que l’on retrouverait autour du bâton d’Asclépios, de nos jours emblème des médecins (et de la coupe d’Hygie pour les pharmaciens).La coupe d’Hygie, ou caducée pharmaceutique, emblème de la pharmacie française.

La Pie et l’Orvet

Dans le jardin, prédation d’un Orvet (Beau mâle) devant mes yeux.

La première photo est la femelle de l’Orvet (Anguis fragilis ).

Ce lézard sans pattes est une allié très utile pour le jardin. Il nous debarrasse des limaces et autres insectes.

Il est souvent confondu avec un serpent (utile également !) Il est protégé.

Son nom de serpent de verre est du au fait qu’il, comme le lézard des murailles perd sa queue en cas de capture.

Précision il ne mord pas ! (mais se lâche un peu quand on le capture 🙂 )

 

 

La Cistude d’Europe

La Cistude d’Europe vit dans les zones humides aux eaux douces, calmes et bien ensoleillées : marais, étangs, fossés, cours d’eau lents, canaux…

Elle est en déclin dans toute son aire de répartition et occupe des zones moins étendues. Espèce menacée qu’il faut sauvegarder.

La Cistude porte bien son nom d’éboueur des zones humides. Elle se nourrit aussi d’animaux vivants comme les vers, les mollusques, les insectes aquatiques et les crustacés.

La Cistude d’Europe, joliment décorée de ses points jaunes, est régulièrement prélevée par des promeneurs qui la ramènent chez eux.

Ce comportement se fait souvent par simple ignorance, croyant parfois sauver la tortue. Outre le fait qu’il s’agit d’une espèce protégée par la loi, il est déconseillé de déplacer un animal hors de son domaine vital.

On la rencontre aux étang de Tourves ou dans les zones humides hyéroises

sources : http://www.cenlr.org/connaissance/la-cistude-deurope

Couleuvre girondine

 

Dans mon jardin depuis 3 ans je la retrouve encore cette année. Ce serpent INNOFENSIF (elle ne cherche jamais a mordre)  se nourri principalement de lézards et de petits rongeurs. Elle est difficile a observer car elle sort le soir et la nuit de son abri.

De couleur rosée, le dessous est quadrillé de jaune et noir très brillant, son œil rond nous rappelle que c’est bien une couleuvre. La vipère à un œil fendu verticalement. Cette dernière n’est pas visible dans le massif de la Sainte-Baume.

Lézard vert (Lacerta bilineata)

Le Lézard vert peut atteindre les 40 cm. Sa queue très grande (ici vraiment d’une longueur exceptionnelle) est environ le double du corps.
Les photos montrent une femelle (deux à quatre lignes jaune citron piquetées de noir), les mâles ont un dos vert à brunâtre ponctué de noir et jaune avec la gorge bleue, le ventre est jaune vif à vert pâle.
On le trouve un peu partout, dans les haies, en forêt, en lisière … Il est en général dans des zones ensoleillées où il profite de la chaleur.
Il est pour cela diurne.
il se nourrit d’insectes, de larves, d’araignées et de lombrics.
Il hiberne au mois d’octobre pour 6 mois environ. Lords de la période de reproduction, les mâles se battent violemment.
Après l’accouplement (en mai et en juin), la femelle pond jusqu’à 23 œufs.
L’espérance de vie est d’environ 15 ans mais les prédateurs sont là !

Crapaud Commun

Ces derniers jours par temps de pluie, vous pouvez rencontrer sur la route le Crapaud commun. Il m’arrive assez souvent de m’arrêter et le déposer plus loin ou côté rivière où il se rend pour se reproduire et pondre.

Petit rappel, il n’est pas gluant, pas dangereux (il possède 2 glandes a venin derrière les yeux (sur la photo la glande droite est apparente).

On ne risque absolument rien car il faut vraiment le déranger pour voir un liquide blanc suinter des pores . (Il ne faut pas se frotter les yeux avec ou le mettre a la bouche !)

En bref un animal utile PROTEGE comme tous les batraciens et en déclin.

Alors arrêter vous pour le faire traverser. (Attention tout de même aux voitures !)

Photo : G Aumage